Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On en parle comme ça, sans savoir, mais pas sans tendresse. Sa très longue carrière en fait une fourgonnette de légende, au point qu'on lui donne souvent, injustice, le nom d'une autre…

 

- KELEREPUS, septembre 2018 – C'est un peu comme un amoureux qui dirait "ma chère Simone" à "Lucienne", sa nouvelle petite amie. La confondre avec l'ancienne, ça peut valoir jusqu'à une paire de claques. N'allons pas jusque-là avec légendaire transporteuse qui nous intéresse. Qui n'a pas entendu, au passage d'un H, quelqu'un s'exclamer, tout heureux, "Oh, chouette, le TUB...!". Non, ce n'en est pas un.

 

Notre photo ci-dessus, un H qui sert de signe de reconnaissance à un lieu extrêmement sympathique de la banlieue nantaise (axe Saint-Luce - Thouaré) où le bon pain

et d'autres produits à pâte méritent le détour. Et pourtant, ce H y est baptisé TUB,

préfigurant l'ambiance...

 

Produit de 1948 à 1981, il a été le contemporain de bien des autres utilitaires, moins facilement différentiables pour les profanes. Entre les 1000 kilos Renault et les Peugeot ex-Chenard et Walker, les silhouettes se confondaient un peu. Plus tard, le H a cohabité avec l'Estafette -de la Régie-, le J7 -Peugeot-, le C35, lui aussi Citroën, etc. Aujourd'hui encore, il suffit de scruter les épis de fins de marchés, surtout dans la France profonde, pour voir encore des exemplaires de tous ces véhicules fait pour travailler.

 

 

Le H qui nous occupe avait toutefois un signe particulier. Sa tôlerie grise et ondulée, ce n'était pas un hasard, rappelait tellement celle de la 2CV du même industriel…! Le marketing par le produit…! Cependant, le gris originel a été largement supplanté par des interprétations les plus variées, allant des décorations commerciales à celles des amateurs inspirés, sans oublier les ambulances, les versions des pompiers, les paniers à salade de la police… Des succès d'image pour celui qui, répétons-le, n'est pas un TUB, mais un H, ou plutôt, un des H.

 

Car il n'y a pas que le HY, ce dont sont persuadés certains amateurs sans intention de nuire. Plusieurs terminaisons ont caractérisé des variantes, puisque, nous rappelle et résume sommairement Wikipedia, "En fonction de la charge et de sa carrosserie, l'appellation commerciale changeait, H (1200 kg de charge utile), HZ (850 kg puis 1000 kg), HY (1500 kg puis 1600 kg), HP (plateau), HX (plateau frigorifique) ou HW (plateau nu pour les carrossiers). Il y a eu aussi des équipements spécifiques pour véhicules de secours d'urgence et pour véhicules de réanimation et de chirurgie avec suspension hydropneumatique à l'arrière." Et globalement, c'est bien de la famille H qu'il s'agit.

 

Le TUB, le vrai, l'unique, c'est ça...

Mais alors, pourquoi toujours parler du "TUB", (Traction Utilitaire type B) l'utilitaire que produisait Citroën avant le H, qui en est l'héritier…? Les habitudes, probablement. Inutile de chercher plus loin, même si des spécialistes penchent pour des explications plus élaborées. Et comme une mauvaise habitude n'arrive jamais seule, sur le Net, la confusion est généreusement entretenue. Cliquez sur les "images" correspondant à TUB de tout moteur de recherche, et apparaissent bien quelques TUB, mais surtout des galaxies de H. Quand un pli est pris…

- ACCÈS À TOUTES LES INFOS >

Tag(s) : #- AUTOS D'HIER, #- Célébrités

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :