Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Balades, rassemblements, bourses d'échanges, rencards, le virus a tout balayé. Voici quelques petits et moyens bricolages qui, immobilité et mesures barrières aidant, peuvent s'avérer de circonstance.

 

- KELEREPUS, 29 mars 2020. Voici revenir une fin qui est en général le meilleur début de l'année. La fin mars bien sûr, et donc fin des plus agressives et désagréables initiatives du bonhomme hiver. Les petites sorties dans des couleurs déjà printanières et celles qui suivent à relativement court terme ne sont hélas plus au menu cette année. Un virus pour le moins culotté en a décidé autrement. D'ores et déjà, une croix est tirée sur cette période qui nous conduit d'habitude jusqu'aux grandes vacances, et peut-être plus loin encore. Est-ce une excuse pour que les collectionneurs et amateurs deviennent inertes…? Négatif. C'est même le moment propice, pour ceux qui peuvent accéder à leur(s) ancienne (s) sans quitter leur chez eux de faire de ces choses que la brièveté des week-ends usuels et le temps du travail tendent ordinairement à repousser à "un de ces jours".

 

Les toilettes intimes. Mis à part ceux qui venaient pile-poil de terminer une mise "état concours" quand Covid-19 s'est permis d'entrer dans notre quotidien, rares sont ceux dont les autos sur ou dans lesquelles il n'y a rien à remettre au propre. Pour les cuirs, les similis, les moquettes, les planchers, les tableaux de bord, les vitres, les capotes, les volants, de la grosse éponge au petit coton-tige, toute l'artillerie est sollicitée. Avec un ingrédient qu'il est même possible, si nécessaire, de se procurer avec les produits de première nécessité, le plus simple des savons, toujours d'une grande efficacité. Un peu de ces célèbres produits capables de faire briller le cuivre d'une part, argent, alu, inox d'autre part, sont le plus souvent disponibles dans les mêmes linéaires. Le temps disponible permet éventuellement de démonter, dévisser, déposer. Moins plaisant sur l'instant qu'une petite excursion locale, cette toilette est en revanche gratifiante. N'oublions pas l'extérieur, avec essentiellement chromes et carrosseries. Belle opportunité, si l'on peut dire, les heures ne manquent pas pour, par exemple, passer avec patience d'ange et précision suisse ces produits de lustrage qui pourront sécher tranquillement, avant d'être amoureusement polis.

Petits raccrochages et coups de clés. Plus mécaniquement, mille et un détails sont à contrôler sur un véhicule qui se fait rouler depuis quelques décennies. Vis, écrous, rivets, colliers méritent un coup d'œil attentif. Une bonne précaution qui permettra à certains de se retrouver en carafe lors d'une balade à cause d'une durite laissant s'échapper un fluide de refroidissement. Les cosses de batteries (qu'une lichette de bonne graisse protège), celles plus petites disséminées au gré du faisceau, jusqu'aux ultimes contacts aux équipements, ampoules d'éclairage incluses, peuvent aussi faire l'objet d'une inspection systématique. Lampe de poche obligatoire. La vérification des caoutchoucs, lèches-vitres, joints de portières, de coffre n'ont aucune excuse pour échapper à ce check-up. Pour de nombreuses pièces, il semble que des fournisseurs spécialisés restent parfaitement à même de prendre puis expédier des commandes par Internet. Même si l'acheminement peut s'avérer un peu plus long que de coutume, c'est le moment d'en profiter.

Relevés de numéros. En général, le seul numéro ou presque auquel "on" prête attention (notamment la maréchaussée ou l'œil du radar) est celui dit d'immatriculation. Pourtant, c'est incroyable, ce qu'il y a d'inscrit à lire, à noter sur une automobile, et à conserver dans un endroit précieux. Plaque constructeur avec les numéros de fabrication, type, etc., numéro de moteur, de teintes de peintures d'origine, éventuelles contenances, pressions des pneumatiques. A explorer dessus, dessous, dedans, avec à la clé des vérifications qui deviennent possibles (notamment sur le Net), correspondances avec les indications de certificats d'immatriculation, années modèles et autres repères qui peuvent en apprendre parfois beaucoup sur le passé et l'origine d'un véhicule. Ne pas oublier non plus de rechercher les éventuelles anciennes étiquettes qui ont pu être placées à l'occasion de révisions, d'opérations d'entretien, puis oubliées. Il n'est pas stupide de copier ce qui est inscrit sur le pare-brise et parfois sur les autres vitrages. Puisque le calepin est en main, autant en profiter pour déchiffrer ce qui est écrit sur les pneumatiques, indications de tailles, aptitudes à la vitesse sans oublier la date de fabrication. A faire sur chaque pneu, au cas où une surprise souhaiterait se manifester...! Comme certaines piles électriques, le caoutchouc s'use si l'on s'en sert, et encore plus si l'on ne s'en sert pas.

 

Si tout ce programme est mis en œuvre, il est possible qu'il ne soit pas terminé quand viendra la fin de la période de confinement. Pour ne rien oublier, mieux vaut commencer par dresser le chapelet intégral de tout ce qui doit être vérifié, examiné, noté, façon check-list. Et il n'y a plus qu'à... Avouons que sans ce micro-organisme pathogène, l'occasion d'une telle inspection générale n'aurait peut-être jamais été effectuée. Une chance, non…?

 

-- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS ->-

 

 

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTOS D'HIER

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :