Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À toute vitesse, une sorte de panurgisme nous entraîne vers des lendemains compliqués. Ignorance collective ou malveillance pas tellement bien ficelée...?

- KELEREPUS, novembre 2018 – Qui oserait recommander le remplacement des chevaux par une longue corde pour tirer ce joli carrosse…? C'est pourtant ce que suggèrent dans leur immense majorité les tenants d'un remplacement des combustibles classiques (pétroliers pour l'automobile) par… l'électricité. Sans aller plus loin, et en oubliant de songer, par ignorance ou, c'est pire, par hypocrisie, à la manière de produire celle-ci. Jusqu'à ce populaire Michel Cymes, médecin médiatique qui, jamais à court d'une blague plus ou moins élégante, affirmait encore récemment "Il faut passer au tout électrique". Et pour une fois, ce n'était pas une blague…!

 

Sans chevaux, la belle corde ne tirera jamais notre bel attelage, pas plus que ne pourrait le faire l'électricité, si rien ne la produit en amont. C'est à ce niveau que le bât blesse. Parce que cette production d'électricité reste un réel point d'interrogation, avant même d'en faire une analyse côté pollution. En effet, pour le moment, chacun sait que lorsque viennent les moments les plus frais, pour l'alimentation, c'est chaud…! Ou limite, si vous préférez. L'inconvénient (et la caractéristique) de l'électricité est qu'il faut la produire au moment où elle est consommée. L'électricité n'est pas une énergie, mais seulement un moyen de transmettre celle-ci. Pour l'heure, même le nucléaire, qui est incontestablement la source la plus propre (mais quid des déchets qui ne restent radioactifs que durant quelques millénaires…?) n'est apte qu'à de la production en continu, mais pas trop adaptée aux crêtes, comme par ces petits matins bien froids où, en entrant dans la salle de bains, le réflexe est de mettre en marche le chauffage d'appoint. Où en soirée, quand la France salariée rentre du turbin, allume la télé, met la cuisson du dîner en marche, éventuellement lance un petit programme lessive, allume la lumière, etc. Dans ces instants où l'aiguille du mégawattmètre national s'affole et cherche à s'enrouler comme un ressort de montre à gousset, seule les solutions dites "à flamme", charbon ou pétrole, peuvent suivre. Et encore, dans des limites parfois très proches de la rupture et donc, sans pouvoir toujours éviter un recours à un achat à l'étranger. Ajouter à cette consommation celle d'une floppée d'automobiles est pour l'heure (et pour longtemps) du domaine de l'hypothèse du fantasme, voire du pari stupide.

 

Qui plus est, l'électricité n'a pas totalement fait la preuve de sa supériorité en matière de pollution. Selon des études techniques très sérieuses dans lesquelles le bilan intègre totalement toutes les étapes de la (vraie) source jusqu'à "la roue" de l'auto, la voiture électrique peut se montrer plus polluante que le diesel. CQFD, pour ce cas, Ce Qu'il Faudra Démontrer…!

 

- VERS TOUTES LES INFOS >

 

- RETOUR VERS DVSM LE BLOG >

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTO de MAINTENANT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :