Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non, les drones n'ont pas été inventés pour distraire les passionnés de vol radio-commandé ni faire la fortune de quelques jeunes pousses françaises ou asiatiques. Enfin, presque...

KELEREPUS, 18 juillet 2020. On ne naît que deux fois. Il y a Bond et bond. Ce dernier est clairement en avant, pour ce qui n'est pas que du vol. Vue par le grand public, l'histoire du drone remonte à seulement quelques années, notamment lorsque Parrot a lancé sa version, (notre photo, démonstration dans un magasin de Berlin) véritablement axée sur les loisirs, une facette qui reste bien présente dans les attributions de cet aéronef. Pour d'autres domaines, comme le militaire, l'histoire est bien plus ancienne et pas "joujou" pour deux sous. D'ailleurs, pas pour deux sous non plus. La merveilleuse idée de pouvoir télécommander un engin à réaction, comme un petit avion, et d'aller d'abord observer et, éventuellement, bombarder des cibles au plus près, sans risquer la vie d'aucun pilote n'était-elle pas excellente ? Nous n'en sommes plus là. Justement parce que les versions ludiques ont donné des idées dans de multiples directions. Il n'en reste pas moins que de nombreux drones sont aussi des objets qui volent, et à ce titre, intéressent les passionnés d'une frange nouvelle d'aéromodélistes. 

 

La révélation des aptitudes de ces objets volants parfaitement identifiés est vite arrivée, en particulier par des aspects un peu voyeurs et coquins, qui depuis et au regard d'une louable remise en perspective d'actions et d'attitudes peu glorieuses, et même répréhensibles, ont évolué dans le bon sens. Plus question d'aller jeter un œil numérique au dessus d'une clôture, pour voir si, par un joli temps estival, une voisine peu vêtue fait un plongeon dans sa piscine. Mais quel bonheur, en revanche, d'aller voir de près le clocher d'une église, les détails d'une falaise, les tuiles du toit déplacé lors d'un récent coup de vent, etc. Les observateurs intéressés ne pouvaient qu'être... intéressés...!

Pros du BTP, bricoleurs, monde agricole, ça décolle…! Economies d'échelles…! De nombreux couvreurs ayant à inspecter l'état de quelques couvertures l'ont compris. D'un petit coup de drone, l'inspection est plus rapide et moins périlleuse que la grimpette par échelle interposée, et s'enrichit de quelques clichés ou séquences vidéo, archives utiles à moindres frais. Il en va de même pour l'inspection des lignes à haute tension dans des lieux escarpés, évitant d'onéreuses –et parfois dangereuses- interventions héliportées. Le monde agricole surveille ses semis, et se risque même à certains épandages, …"dronement" plus commodes ainsi. La prise vue, motivante pour les pros de l'image, a pour sa part mis en valeur les aptitudes de l'engin pour des surveillances, des observations de foules. Dans une publication dédiée aux clients professionnels d'un fournisseur très connu dans le monde du bâtiment, le drone vient aux côtés des exosquelettes et autres moyens innovants aidant les intervenants. Et le vol, dans tout ça...? Lui aussi est concerné, car la manière de piloter tend à passer "des fesses" à l’œil. Au coin duquel il pourrait se former une larme, car rien de permet d'interdire à la gestion du vol ainsi abordée ne risque pas un jour de s'étendre à des aéronefs d'autres catégories. 

 

-- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS >-

Tag(s) : #- ACTUS, #- (RE) Découverte

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :