Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Attachez vos ceintures, on va décoller. Après un long silence, le célèbre simulateur de vol devrait prochainement revenir, sur les ordinateurs et certaines consoles…

- KELEREPUS, 24 novembre 2020. A l'époque où les consoles de jeu avaient encore des performances très modestes, l'ordinateur était apparu comme bien plus adapté à l'élaboration de logiciels plus ambitieux. Pour les loisirs, la simulation de vol fut l'une des premières applications à faire sortir massivement ce "computer" de l'austère trilogie "traitement de texte, tableur, SGBD (ou Système de Gestion de Bases de Données)", des usages constituant la vision quasi unique, et politiquement sérieuse, des industriels de la micro naissante. Deux initiateurs allaient cependant changer la donne. Bruce Artwick (l'informaticien) et Stu Moment (le pilote) ont développé Flight Simulator dans une antique version (livrée sous sachet plastique transparent). Ainsi est née SubLogic et, flairant le bon filon, Microsoft en plein boom a proposé un "deal" à Bruce Artwick qui l'a accepté. D'où une suite de l'aventure sous deux formes divorcées. L'une, celle de FS et ses versions successives, la dixième ayant marqué le début d'une longue absence. De son côté, Stu Moment a poursuivi le parcours avec des versions baptisées ATP, notamment plutôt bien ficelées et exploitées avec les Amiga de Commodore.

 

Loisir à double face, la simulation de vol a connu un énorme succès, se hissant par moments au premier rang des logiciels de loisirs vendus dans les linéaires. Mieux, elle a généré un véritable écosystème, avec une presse spécialisée (Micro Simulateur est toujours dans les kiosques), des fabricants d'accessoires, des développeurs de ce que l'on baptise avec une certaine élégance de langage des "add-on" et des "add-in" (paysages, avions, etc.). Sans oublier un lieu hors du commun, la célèbre "Boutique de l'aviateur" du magasin Surcouf de l'avenue Daumesnil (Paris). Et double face car aussi utilisé comme une véritable aubaine dans des centaines d'aéroclubs. Très réaliste, notamment pour les instruments, FS (et ses concurrents) constituent une manière économique de "se faire la main" sans gaspiller de coûteuses heures de vol juste pour comprendre comment se lit un cadran, évolue une bille ou ce qui se passe quand "on met du pied". Les heures de vrai vol imposées dans toute formation de pilote même amateur étant ainsi exclusivement consacrées au pilotage proprement dit.

 

Tout allait bien quand, après une dizaine de versions, Microsoft a tout simplement laissé tomber cette activité. Un long silence qui va être rompu dès l'année prochaine, et à coup sûr, nous en reparlerons très bientôt.

 

-- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS >-

Tag(s) : #- ACTUS, #- Simulations

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :