Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sans cesse publier en chiffres bruts le recul des véhicules fonctionnant au gazole dans les ventes de voitures neuves frise le mensonge à vocation d'influence.

 

- KELEREPUS, 29 octobre 2019. Avec ses particules, il nous empoisonnait mais on a eu sa peau (enfin, presque). Avant de faire sortir cette motorisation des compartiments moteurs, il va falloir la faire sortir des esprits, ce qui n'est pas gagné. En effet, selon les chiffres des industriels de l'automobile, si ce mode de motorisation est bien en net recul dans les ventes du neuf, il convient quand même de relativiser les données. Il y a deux ans, au cours des 6 premiers mois de 2017, il s'était vendu en France 543.985 véhicules diesel. Au cours du même semestre de 2019, ce sont 399.642 automobiles de cette famille qui ont trouvé preneurs. Soit environ 144.000 de moins, à mettre en parallèle avec les ventes totales de la période, qui s'élèvent à 1.166.442 unités (un volume total en baisse de 1,3%). En évaluant un total annuel des ventes de diesel au double du score des 6 premiers mois, soit 288.000 unités, cette diminution ne représente que 0,7% du parc total de véhicules particuliers et utilitaires légers (d'environ 39 millions). A ce rythme, il faudrait des décennies pour une conversion totale, évaluation qui permet aussi d'imaginer la période de transition qu'imposerait un basculement complet vers l'électricité.

 

 

Le Ministère de la Transition écologique apporte soudain, sans le vouloir, de l'eau au moulin de ce constat. Il révèle que 80% du carburant vendu à l'heure actuelle reste le gazole. Or, chacun sait que les moteurs diesel, à distance et vitesse comparables, consomment environ 10 à 15% de moins que les moteurs à essence. La conversion de ce pourcentage en kilomètres parcourus est suffisamment révélatrice pour qu'il ne soit pas nécessaire de souligner que dans notre Hexagone, l'écrasante majorité des déplacements, en distance, se font à l'aide de ce gazole. Les "gros rouleurs" ont depuis longtemps fait leurs comptes. Même à prix égal entre super et gazole, ce dernier reste plus économique. De surcroît, celui qui a un véhicule diesel le garde. D'où le vieillissement du parc… D'autant plus que, contrairement aux messages véhiculés avec ardeur, les diesels en bon état se revendent semble-t-il bien mieux que ce que l'on prétend, sur le créneau de l'occasion.

 

-- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS >-

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTO de MAINTENANT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :