Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plus ou moins de mortalité sur la route ne veut rien dire sans l'évaluation quantitative de la circulation, par périodes et par régions.

- KELEREPUS, 3 juin 2019. Une nouvelle salve de chiffres concernant la sécurité routière vient d'envahir les médias, suggérant des montagnes de commentaires pour le moins peu instructifs. De quoi alimenter la certitude selon laquelle il est possible de faire dire ce que l'on veut aux statistiques, surtout quand celles-ci ne sont pas appuyées sur des données absolues. Bien sûr, il est réconfortant d'apprendre qu'il y a eu moins de personnes tuées en 2018 que jamais auparavant. Et en particulier que l'année précédente. Conclure que c'est à l'apparition des limitations à 80 km/h que l'on doit ce bon chiffre est en revanche une attitude bien peu rigoureuse. Ce qui saute d'autant plus aux yeux que le début de 2019 a semblé moins bon. Or, il y a eu des périodes au cours desquelles la circulation a été bien moins intense en 2018 qu'en 2019, au cours des premiers mois de chaque millésime. On se rappelle notamment des chutes de neige qui ont sérieusement paralysé le trafic en février 2018 (y compris lors de l'ouverture du salon Rétromobile), et des phases quasi estivales dont ce même mois en principe hivernal a bénéficié en 2019.

 

Les déplacements vers les zones commerciales, qui peuvent en régions représenter chaque fois plusieurs dizaines de kilomètres, ont aussi été freinées par les débordements de la protestation des gilets jaunes (ou leur crainte). Il y aurait aussi bien des analyses à mener à partir de l'instauration du 80 Km/h, sur le second semestre, au cours duquel il a été très officiellement expliqué que les nombreux radars détériorés auraient incité les automobilistes à rouler plus vite. Mais cela moins dangereusement en 2018 qu'au début de 2019…! Qui n'aurait pas envie de dire "bizarre"…?

 

En réalité, il serait nettement plus constructif de publier des données réelles, parfaitement interprétables. A ceci près que celles-ci ne sont probablement pas disponibles*. Avec des réglementations différentes, nombre de nos voisins européens enregistrent des résultats équivalents ou souvent meilleurs, à nombre de personnes circulant identiques. Chercher à convaincre, ou à justifier une mesure politiquement contestée par certains, ne rend service à personne.

 

* Il faudrait en effet des données nettement plus précises et en particulier des informations qui ne sont probablement pas collectées ou le sont d'une manière trop empirique et approximatives pour que les causes de chaque accident grave soient réellement identifiées, et ensuite collectées pour enrichir un véritable travail de statistiques utiles. "Il roulait trop vite, il téléphonait…" sont des explications très insuffisantes pour expliquer l'enchaînement allant jusqu'à un accident sérieux.

 

-- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS >-

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTO de MAINTENANT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :