Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il pourrait apporter une contribution généreuse au segment du modélisme sur rail. Si seulement...!

- KELEREPUS, décembre 2018. "Fils naturel" du jouet, le modélisme prend sa source dans le désir qu'ont les enfants de reproduire le monde qui les entoure. Les "petits trains", les autos, les avions et les bateaux, radiocommandés ou en maquettes, n'auraient jamais été créés si les vrais de vrais n'avaient pas existé. Comme chacun le sait, la présence du chemin de fer dans la vie quotidienne n'est plus ce qu'elle fut jadis. S'il n'a pas disparu, le train a sérieusement battu en retraite face à la concurrence de l'automobile et de l'avion. Ce n'est pas une spécificité française.

 

En revanche, sur rails, de nouveaux modes se développent. Parmi eux, d'ailleurs au grand désespoir des activités des avenues commerçantes*, les réseaux de tramways de déploient d'une manière intense. Ils offrent un spectacle concret à des milliers de bambins. Et si des modèles, à différentes échelles, existent chez certains fabricants (souvent les mêmes depuis longtemps, dans des gammes qui, elles non plus, ne sont pas jeunes), nos tramways d'aujourd'hui, de Paris, de banlieue, de Nantes, d'Orléans, de Montpellier, de Lyon, etc. de même que nos trams-trains, n'encombrent ni les linéaires de modélisme, ni les linéaires de jouets dans les grandes surfaces et rayons spécialisés. Alors que Noël approche et que de très nombreux et jeunes regards étincelants d'envies scrutent les merveilles exposées, celles qui intègrent du rail et notamment du tramway sont quasi absentes du décor.

 

Dommage, car le tram, pour le modéliste, présente des atouts excellents. Il est très compatible avec une place limitée. Inutile de le faire évoluer sur un "ovale" ou un circuit en boucle, un aller et retour en ligne droite (ou presque, variations permises), suffit. L'inscription en courbe n'a rien de commun avec un réseau de chemin de fer classique. Les virages serrés sont permis, comme dans la réalité**. Il se prête à la réalisation de décors de ville, immeubles, vitrines, monuments, personnages, qui peuvent vite devenir très agréables à contempler, y compris avec des jeux d'ambiance lumineuse, jour, nuit, intempéries, décorations de Noël (par exemple...) La simplicité permet aussi de s'affranchir des automatismes qui, nous en avons régulièrement la confirmation, font peur à de nombreux amateurs. Quant à la quotidienneté, l'exemple qui nourrit les envies, inutile d'en démontrer la réalité. Aucune récolte n'est jamais à espérer d'un champ même fertile où rien n'est semé.

 

* L'installation d'un tramway en ville a souvent pour effet de faire fuir la clientèle vers les commerces de périphérie. Quand les travaux s'achèvent, les boutiques qui ont "tenu le coup" sont en général peu nombreuses. DVSM, notre "blog cousin", prolongement de DVSM le Magazine, qui suit depuis plus de 40 ans l'actualité de la distribution, a souvent mis en évidence cet aspect destructeur qui amplifie les désertifications de nombreux centres de villes.

** Moins, hélas, avec les tramways (réels) installés à présent, le plus souvent sur des écartements "chemin de fer classique", alors que les voies étroites fréquentes dans les réseaux du passé permettaient des virages à courbures maximales, idéales pour une intégration dans des rues et avenues de petites dimensions. 

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS >

Tag(s) : #- ACTUS, #- Train, trains...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :