Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'avenir pour les drones se complique. C'est une question de sécurité, que les classiques activités de radiocommande n'avaient jamais soulevée avec une telle ampleur.

 

- KELEREPUS, été 2018 – Vous avez envie d'un drone…? Achetez-le vite (ou faites en sorte qu'on vous l'offre). Pourquoi…? Parce que ces petits engins de plus en plus performants donnent des sueurs froides aux services de sécurité, tous les services relevant de cette définition (police, gendarmerie, services privés, militaires, etc.) Et qu'il est quasi inévitable de voir dans l'avenir se concrétiser à leur égard des mesures de plus en plus restrictives. Tout cela parce que le survol récent du Fort de Brégançon, résidence destinée aux vacances du chef de l'Etat, a semble-t-il réveillé des attentions qui d'ailleurs restaient sur le qui-vive. Pourtant, avions et hélicoptères radiocommandés auraient pu soulever depuis fort longtemps des inquiétudes aussi prononcées. Mais quelques différences entre équipements et périodes modifient le contexte.

 

D'abord, en radiocommande, il y a, par le biais des licences, une identification minimale –facilement contournable, il est vrai- des possesseurs de modèles volants. Et l'idée d'en faire évoluer un ou plusieurs à proximité d'une centrale nucléaire, au-dessus d'une foule ou en vue directe d'une résidence pour VIP n'est pas un scénario à exclure. Cependant, il faut savoir piloter ces aéronefs, alors que les drones sont désormais capables d'évoluer de manière intuitive. Qui plus est, ces derniers sont le prolongement des smartphones, possédés par presque toute la population. L'échelle n'est plus la même. L'intérêt non plus, puisque ces objets volants bien identifiés sont aptes à de multiples tâches, du vol pour le vol à l'inspection d'une toiture, de l'exploration touristique d'un site pittoresque à des prises de vues acrobatiques, etc.

 

L'époque présente ajoute sa dose de facteurs anxiogènes, notamment avec un risque terroriste omniprésent. Les perspectives de nouvelles évolutions technologiques font grandir les menaces. L'arrivée de la 5G, par exemple, devrait à la fois amplifier les performances en pilotage, au sens large, de même que celles de transmissions de données, donc des photos plus détaillées, de la vidéo, etc. Il est également probable de voir développés des drones très miniaturisés, difficilement différentiables d'oiseaux ou même de gros insectes…! Et certains types pourraient assurer des "missions" entièrement programmées, ne nécessitant aucune transmission hertzienne, le seul élément qui permet pour le moment d'en détecter la présence.

 

Les responsables des services de sécurité évoquent aussi d'autres difficultés de contrôles, comme par exemple les drones se déplaçant comme des escadrilles ou des essaims. Autant de facteurs qui sont de nature à provoquer un durcissement rigoureux de la réglementation déjà existante, une interdiction totale pour les non professionnels n'étant désormais même plus à exclure, à moyen terme. Et pour couronner le tout, un gogo se faisant très spectaculairement passer pour un policier a provoqué ce qui devrait se concrétiser dans les semaines à venir par une refonte en profondeur de nombreuses structures sécuritaires. En clair, ceux qui souhaitent encore profiter de ce qui reste de liberté dans ce domaine ont intérêt à ne pas trop différer leurs initiatives. (achats, par exemple...)

 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS  >

Tag(s) : #- ACTUS, #- C'est chaud...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :