Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avoir une bonne tête…! Plus qu'un défi, que certains se sont fendus pour le relever…

 

- KELEREPUS, juin 2018 – Quoi de plus banal qu'une vis…? Aujourd'hui peut-être, mais il y a longtemps, ce clou de l'assemblage mécanique n'a pas toujours été une affaire tournant comme on l'aurait souhaité. A l'origine, lointaine, il y avait la vis fendue. Dite aujourd'hui "vis à bois". Un bon début, qui s'est révélé imparfait quand est venue l'heure de l'industrie et du vissage en grande série, par des machines. Dès le 19ème siècle, des projets avaient été élaborés, et parfois même brevetés, mais sans suite. Le principe de la vis à tête cruciforme était bien dans les esprits, mais la méthode pratique pour les fabriquer en quantité sans doute moins, et pas assez par rapport aux utilisations possibles pour ne pas s'immobiliser dans ces concepts dits du futur, et solidement destinés à le rester.

Mais en 1908, tout change. Peter Lymburner Robertson, inventeur canadien, sera la premier à franchir une étape historiquement décisive.dépose le

brevet (illustration ci-contre) d'une vis à tête "carrée". Cette étape est cruciale et sonne le grand départ de cette cruciformitude qui se développera par la suite et dure encore de nos jours. Ce ne sont pas les grandes surfaces de bricolage qui vont permettre à ce composant passif de s'envoler vers le succès, mais l'automobile.

Cette même année, est lancée la très célèbre Ford.T, dans laquelle pas moins de 700 de ces vis sont requises. Après quoi, cette forme, qui sera adaptée à toutes le sauces de l'univers de la visserie, ne finira jamais de rendre des services grâce à sa commodité et son efficacité. En fait, chacun l'aura compris, cette vis "Robertson" n'est pas encore la véritable  "cruciforme", laquelle viendra plus tard. Elle sera dite "Phillips", franchissant le fossé entre carré et réelle forme en X. La Torx, dite "étoile", fait aussi partie de cette histoire qu'il n'est pas question de raconter ici (d'autres l'ont fait d'une manière complète, dans des récits inévitablement volumineux). On imagine bien les difficultés, dans la production industrielle tous domaines confondus, et pour les artisans comme les individus bricoleurs ce que serait tout assemblage sans cette bonne prise d'empreinte, notamment avec l'outillage électrique. 

- RETOUR VERS TOUTES LES INFOS -

 

Tag(s) : #- ACTUS, #FICELLES ET TUYAUX

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :