Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sérieux souci pour les ardents pourfendeurs de la motorisation selon Rudolf Diesel. Un industriel bouleverse la donne.

 

- KELEREPUS, avril 2018. La technologie du diesel progresse, même sur le plan écologique. Pas un technicien, pas un observateur objectif et attentif ne doutaient de cette évolution inéluctable. A la différence de certains décisionnaires ayant pris l'état des développements d'il y a quelques saisons comme ultime et définitif. La dernière semaine d'avril a probablement été marquée par un événement bizarrement (quoi que…) bien peu médiatisé, dont les conséquences ne devraient pas manquer de sel. Dans ce feuilleton, où en étions-nous…? .

 

Comme chacun le sait, le gazole en France est malheureusement affecté d'un grave défaut. Il ne rapporte pas assez à l'Etat qui, depuis des décennies, avait commis l'erreur –selon certains- d'en favoriser l'utilisation par des ponctions nettement plus légères que celles de l'essence. Coup de chance, on s'est aperçu que ce carburant sous-taxé provoque peut-être (et même certainement) des pathologies. Belle opportunité pour en ré-amplifier cette recette fiscale. Après avoir laissé les consommateurs s'engouffrer dans le piège tarifaire adroitement tendu de ce carburant plus économique, la nasse se referme. Au nom de la planète et de nos poumons, la douloureuse à la pompe a la fièvre. Mais, belle excuse, ce n'est pas pour l'argent, mais pour la santé, la nôtre et celle de la planète. Dans ce coup fourré, un petit grain de sable vient pourtant de se glisser. La si bonne essence classique, vers laquelle reviennent les automobilistes, fait remonter les taux de gaz à effet de serre. Grave, pas tant que cela, et voici pourquoi.

 

Le gazole n'a peut-être pas dit son dernier mot. Il y a quelques jours, dans une conférence très technique se tenant en Allemagne, le groupe Bosch a dévoilé une évolution de ce type de motorisation, faisant tomber le taux de particules fines rejetées à moins d'un cinquième de ce qui sera exigé dès 2020 par la nouvelle réglementation. En clair, les industriels se battent pour ne pas voir s'effriter une technologie qui présente d'excellents atouts, notamment grâce à un rendement bien meilleur que celui des moteurs à essence. Et leurs travaux portent leurs fruits. Compte tenu de la puissance de cet acteur et des groupes qui travaillent avec lui, il est sans doute désormais de plutôt recommandé de dire que si le diesel avait perdu une bataille, il n'a pas pour autant perdu la guerre.

 

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTO de MAINTENANT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :