Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vignette automobile avait disparu. La revoilà, méritant sans doute un adjectif de circonstance qui pourrait bien lui coller à la peau : durable !

Elle est ronde, se colle sur le pare-brise, et a adroitement changé de nom. Finie la vignette, bonjour la "pastille". L'historique fut supprimée par Laurent Fabius, Ministre de l'Economie du gouvernement Jospin, en 2000 pour les véhicules particuliers, pour cause de cagnotte imprévue. Et sans doute pour cause de recherche d'une notoriété à facette agréable pour un futur candidat à une future présidentielle, lequel ne savait pas encore qu'une primaire le reléguerait loin de ses espoirs. Cette ancienne vignette est encore dans les mémoires, tout comme le mensonge hypocrite qui avait servi d'alibi à son établissement. Elle devait être destinée à collecter des ressources pour ce que l'on appelait sans se formaliser "la retraite des vieux". Mais il n'y a pas que ce qui colle qui change d'appellation. Aujourd'hui, la justification de ce sticker adopterait les élégances de langage actuelles "ressources pour les seniors" ou pour "le troisième âge". Des ressources dont les personnes âgées n'auraient, disent les mauvaises langues, jamais vu la couleur.

La "pastille" d'aujourd'hui a une vocation davantage disciplinaire : interdire la rue aux véhicules dont on estime qu'ils polluent trop… dans la rue. Habile subtilité qui occulte comme dans un épais nuage de fumée toute pollution du côté des centrales, là où par exemple se génère de l'électricité, cette fausse énergie (l'électricité ne fait que transporter une énergie, rien à un bout, rien à l'autre). Nous voilà donc dans une situation qui donne l'impression désagréable du déjà vécu. Car maintenant que la pastille est là, il sera facile d'en augmenter le montant. En attendant, elle est en train de gagner du terrain. Et de fait, un certain nombre de villes sont en train de l'adopter. A tel point qu'il est probable qu'à terme, toutes les automobiles devront en avoir une.

Pas facile en effet, pour l'heure, de comprendre ce que sera son mécanisme de renouvellement. A priori, il ne devrait pas y en avoir, puisqu'un véhicule restera compatible avec la norme auquel il répond, même si le constructeur a triché. Mais chaque véhicule est, comme son propriétaire, plus vieux d'un an chaque année et, encore comme son propriétaire, son fonctionnement ne s'améliore pas avec le temps. D'autre part, de nouvelles normes vont voir le jour, tandis qu'environ 2 millions de nouveaux véhicules entreront dans le parc chaque année. N'y aurait-il pas de quoi émoustiller tout animateur agissant dans l'univers des prélèvements obligatoires ? Voilà de quoi, dans les embouteillages, se laisser aller à d'inconfortables réflexions où se mélangeront plusieurs réalités. Comme cette circulation de plus en plus difficile avec pollution à la clé dans la capitale, alors qu'en 15 ans, la circulation y a baissé de 31%*. Ou ces atmosphères pleines de mauvaises particules qui franchissent la frontière belge sans même s'arrêter et envahissent le ciel d'Ile-deFrance. Faudra-t-il construire un mur ?

RETOUR VERS TOUTES LES INFOS

Tag(s) : #- ACTUS, #- AUTO de MAINTENANT

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :